Cette phrase est devenue courante :
« Je vais chez mon Psy ».

En ce domaine règne cependant une grande confusion.

Ce que le grand public ne sait pas, c’est que ce métier n’est actuellement pas protégé et que tout un chacun peut se dire praticien de la psychothérapie.

Et vous qui avez envie de devenir l’un de ces professionnels, peut-être ne savez-vous pas exactement ce que ce terme veut dire.

Aux uns comme aux autres, je dirai que :

1. La psychothérapie est un soin.

Ce soin se différencie d’une pratique du bien-être ou du coaching, le premier visant à obtenir un état de relaxation, d’aisance corporelle ou mentale, le deuxième visant un accompagnement à un temps T d’une personne.

Ce n’est pas non plus une technique de développement personnel qui vise bien souvent une croissance ciblée, qu’elle soit spirituelle ou non, et n’a pas forcément à voir avec  les difficultés rencontrées par une personne ; ce que l’on appelle le « pathos ».

2. C’est une démarche qui s’inscrit dans un processus, et non une technique qu’on applique.

En psychothérapie, la relation avec le thérapeute est analysée en même temps qu’elle est source de croissance personnelle.
Elle vise une modification du fonctionnement psychique de l’individu capable ainsi, par exemple, de soigner des dépressions,  des addictions, des problèmes d’estime de soi (ou  du narcissisme) etc.

Il n’est pas question de dire que c’est mieux de faire de la psychothérapie ou du coaching ou du développement personnel.
Chaque entité a sa place, mais il est important de les différencier et de sortir de cette confusion qui règne aujourd’hui dans ces domaines, tout simplement parce qu’on n’obtient pas les mêmes effets suivant le cadre de référence employé.

La psychothérapie s’inscrit dans une démarche qui fait référence à une méthode, donc une méthodologie ; celle-ci est enseignée dans différentes écoles.

Les techniques, elles, sont en référence avec la question :

« comment faire pour… »

(demande extrêmement fréquente dans notre société d’aujourd’hui : on cherche des solutions mais sans forcément se poser la question du problème).

La psychothérapie est un processus de soins,
et non uniquement une accumulation de techniques.

Or ce métier est en plein développement :

Nous avons de plus en plus de demandes
avec de moins en moins de professionnels qualifiés.

 

Cette voie est donc ouverte à ceux qui ont envie de s’inscrire dans ce processus de formation qui requiert une certaine exigence, mais qui s’inscrit dans une démarche porteuse et qualitative de rencontre et d’aide à l’autre.
Un certain nombre de prérequis sont demandés.
Ils sont le gage d’une démarche sérieuse, et pour celui qui la pratique, et pour ceux qui viennent rencontrer ces professionnels.

 

De là découlent 2 messages que j’ai envie de partager avec vous :

Le premier s’adresse aux gens  qui consultent un psy :

Demandez à votre interlocuteur ce qu’il a fait pour se dire praticien de la psychothérapie.
Quelle formation a-t-il suivie ? A-t-il fait un travail personnel sur lui-même etc. ?Cela pose simplement la question de la confiance.
Les praticiens de la psychothérapie doivent devenir des personnes fiables.

Le deuxième s’adresse à ceux qui ont envie de se former dans ce métier et découle du premier point de vue que je viens d’énoncer : 

Vous pouvez y faire votre place si vous avez l’exigence de devenir un bon professionnel et donc de vous inscrire dans le cursus demandé par les syndicats de la psychothérapie.

J’espère que mon article vous aura plu et apporté des informations importantes pour la compréhension de ce métier.
Pour aller plus loin, vous pouvez me contacter dans mon école Psyform’action.

Françoise MUNOZ