QUI EST MON PSY ?



Informations et psychothérapie


Le grand public n’est pas toujours informé sur les différents constituants de son alimentation ou de l’air qui l’environne, mais on en parle. Dans le domaine de la psychothérapie c’est encore pire. Personne ne parle vraiment de la prise en charge au niveau santé mental de nos jours. Nous faisons pas mal de battages sur ce qui se passe dans notre environnement, les firmes pharmaceutiques, mais pas sur la façon dont nous sommes soignés au niveau psychique.

L’information n’est pas faite. La responsabilité incombe à qui ? Au gouvernement ? A la main mise que le monde médical essaie d’avoir sur la psychothérapie ? Les psys qui ne communiquent pas suffisamment ? Le public qui peut-être ferme les yeux et ignore trop facilement ce qui se passe ?


Le grand public confond allègrement les différents « psys ». Mais il en est de même chez les différents psys et ailleurs : monde médical et professionnel, scientifique et parfois même les psys eux-mêmes. C’est un joyeux mélange où personne ne s’y retrouve vraiment, ni les usagers, ni les professionnels. Doit-on prendre à la légère cette confusion des différents psys car la confusion règne au pays des psys ?


Je pense qu’il est important de sortir de celle-ci car la confusion entraînent l’ignorance, du fait qu’elle paralyse les fonctions mentales et empêche de penser et donc d’agir et de progresser.


Il est important de remettre les choses à leur place pour œuvrer dans le sens d’une psychothérapie protégée :

1. Pour qu'existe une reconnaissance du métier de psychothérapeute qui n’est pas encore faite.

2. Pour que la population soit réellement informée de qui elle consulte.


Il serait nécessaire que cette information se fasse et soit diffusée car beaucoup d’entre-nous désirent une qualité de soins dans la prise en charge psychologique et désirent être des professionnels honnêtes, sérieux et reconnus. Pour les professionnels qui pratiquent la psychothérapie, il y a une nécessité :

Être bien formé afin de faire face aux situations et aux douleurs auxquels nous sommes confrontés.

Le psychothérapeute doit connaître la déontologie du praticien en psychothérapie, avoir choisi pour son exercice une ou plusieurs orientations en psychothérapie, avoir eu un parcours suffisamment long (une vraie formation demande 7 à 10 ans) pour arriver à exercer correctement cette profession, avoir un lieu de supervision et avoir suivi une psychothérapie personnelle, être certifié ou avoir le CEP de psychothérapie.


Que signifie la confusion ?

- Qu’on ne sait pas dans quel sens on se dirige

- Progrès dans l’ignorance

- Que le sujet n’est pas clairement saisi par la personne


Premièrement il est nécessaire de comprendre ce que regroupent les différentes dénominations des psys. On entend souvent cette phrase : Je suis allé mon « psy » ! Oui mais lequel ? La confusion règne.

Qu’est-ce qu’un psychologue, psychothérapeute, psychopraticien, psychiatre ?

Faites-vous la différence ? jouons au jeu des sept erreurs et regardons quels sont les similitudes et divergences entre tous ces psys ?


Reprenons le B.A.BA que plus personne ne devrait ignorer :


- Psychologue : il sort de la fac de psychologie. Il a cinq années de formation pour obtenir ce titre qui est un titre protégé par la loi. Il n’a pas besoin d’avoir fait une psychothérapie personnelle, ni d’avoir aucune formation à la psychothérapie pour avoir le titre de psychothérapeute. Il y a plusieurs sortes de psychologues : psychologues du travail, psychologue scolaire, psychologue clinicien, etc.


- Psychothérapeute : Titre actuellement décerné aux psychologues et donné par l’agence régionale de la santé sur dossier aux personnes qui le demandent.


- Psychopraticien : actuellement ainsi désigné par des syndicats et différents organismes la personne qui pratique la psychothérapie avec une formation à celle-ci.


- Psychanalyste : Personne ayant suivi une formation dispensée par une Société de psychanalyse et ayant fait en parallèle une psychanalyse personnelle.


- Psychiatre : médecin dont la spécialité est la psychiatrie. Il délivre des médicaments.


Toutes ces catégories de personnes peuvent avoir suivi en plus une formation permettant d’exercer la psychothérapie mais ce n’est pas non plus toujours le cas.


En conclusion vous voyez que toutes ces catégories de professionnels sont différentes et que la formation à la pratique de la psychothérapie est différente.

Le titre de psychothérapeute est protégé mais pas la profession. Ce qui est un non-sens. Je vais vous dire pourquoi.

Tout simplement parce que le titre ne fait pas le professionnel mais bien sa formation.


Tout ce que nous perdons dans cette confusion :


- Perte de la qualité de la formation et donc

- Perte de la reconnaissance de la profession

- Entretien de la confusion chez le public et donc l’inefficacité.


C'est pour cela que nous devons rester vigilant et rester exigeant sur la formation que nous recevons, donnons car c'est à ce prix-là que nous resterons crédibles.


Suivez nous en vous inscrivant à notre newsletter

A bientôt

Françoise Munoz