Le Trauma

Trauma

Dans cet article nous allons définir ce qu’est le trauma pour cerner ce problème au mieux :
D’abord ce qui caractérise ce phénomène c’est qu’il constitue une expérience de violence. Cette brutalité est si forte que la personne s’est sentie extrêmement menacée que cela soit aussi bien au niveau physique que psychique. Celle-ci a eu peur pour son intégrité, sa vie et ce contact avec sa propre mort a été impensable.
La personne traumatisée ressent des émotions d’une intensité démesurée : sentiment de terreur, voire même d’effroi, de la détresse, beaucoup de solitude, et d’abandon mais aussi de rage, ou de la honte qui peuvent être plus ou moins refoulé, etc. Son cerveau s’est senti submergé.

Trauma

Voyons ce qui se passe au niveau du cerveau ?

Première constatation : les possibilités de celui-ci sont dépassées : la personne traumatisée ne peut intégrer, digérer l’événement. Une des fonctions du cerveau est d’intégrer les informations : là, il n’y a pas d’élaboration possible : il est en arrêt, bloqué dans ses fonctions par ce qu’il vit. Il ne peut traiter les informations qui normalement durant la phase de relâchement parasympathique passe d’une zone de stockage provisoire qui est l’hippocampe à une zone de stockage à long terme, le cortex cérébral.

Quand la personne relâche son contrôle : elle revit l’événement comme si elle y était encore et se sent de nouveau en danger. Cela a pour effet de stopper le processus de traitement, le cerveau se disant qu’il doit faire face au danger (alors que la personne est sortie du péril !) Ainsi sans cesse l’information se représente à la conscience pour le traitement mais elle reste en l’état, un peu comme une mouche que vous essayer de chasser et qui revient devant vos yeux.

  • Est-ce que tout le monde réagit de la même façon ?

    La réponse est non car le même événement peut être traumatique pour l’un et pas pour l’autre. Il est à noter que le trauma implique le vital comme je l’ai dit précédemment.

  • Quelles sont les origines du trauma ?

    Le traumatisme peut avoir différentes origines soit des causes extérieures : comme le terrorisme, la guerre, les accidents mais il peut être aussi d’ordre plus relationnel : maltraitance, abus, chocs divers… le traumatisme peut être verbalisable ou non selon le stade de développement de l’individu ex. : les traumatismes chez le fœtus ou le nouveau-né qui se vivent dans le non-verbal. D’autre part il peut être conscient ou non par amnésie, refoulement ou secret de famille.

Si vous avez aimé cet article n’hésitez pas à nous liker
Article écrit le 31mai 2019 par Françoise MUNOZ, Psychologue diplômée de l’Université de Lyon II, Psychothérapeute, certifiée AT et PI, Formatrice et Superviseur en contrat, gérante de PSYForm’Action 06 83 31 04 99

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.